Autocensure et compromis dans la pensée politique de Kant
Nier l’existence d’un droit de résistance, n’était-ce pas aussi pour Kant une façon de défendre l’État issu de la Révolution française ? Tel est le point de départ choisi par D. Losurdo pour procéder à une relecture de l’ensemble de la pensée politique kantienne : face à toutes les « incohérences » que celle-ci semble comporter, face à tant de « duplicités », mi-calculées, mi-imposées par le contexte allemand et européen de l’époque, peut-on encore s’en tenir à l’image traditionnelle d’un homme exclusivement préoccupé de rigueur morale et de défense de l’ordre établi ? Le lien entre persécution et art d’écrire que laisse deviner le texte kantien ne suggère-t-il pas, au contraire, une tout autre figure, plus dramatique et moins rassurante ? Celle d’un philosophe contraint de se livrer à un exercice permanent d’autocensure et de dissimulation pour échapper à la vigilance des autorités prussiennes ? Et celle d’une théorie politique dont l’ambiguïté ne fait que réfléchir ce qui, dans les conditions de l’Allemagne contre-révolutionnaire, constitue le prix à payer pour tout intellectuel progressiste désireux de jouir d’une relative liberté d’expression : la laborieuse recherche d’un compromis avec le pouvoir en place. Domenico LOSURDO

ISBN 978-2-37607-137-2

229 pages

22.00 Ajouter au panier
Aux origines du carcan européen
L’union européenne a été présentée aux Français sous le jour engageant du « Plan Marshall », ennemi de la misère et de la servitude des peuples européens. Son objectif aurait cadré avec le projet pacifique des « pères de l’Europe», Jean Monnet, Robert Schuman, Konrad Adenauer, etc., appliqués à proscrire définitive- ment les guerres qui avaient endeuillé et affaibli le Vieux Continent de 1914 à 1918 puis de 1939 à 1945. La paix serait garantie par la protection américaine, gage d’une liberté refusée aux peuples « de l’Est » soviétisés. Cette union fondée sur la « libre concurrence » entre égaux, en lieu et place des puissants cartels, se débarrasserait du Comité des Forges des sidérurgistes et marchands de canons enrichis par les guerres mondiales : mettant fin aux crises et aux guerres, elle vaudrait à tous la prospérité et « le pain blanc », bref, l’Eldorado. Seule la ré- cente crise, née d’une « épidémie » financière, aurait fait « dériver » ce noble projet, au risque de compromettre ses objectifs initiaux. « Dérive » récente d’une « Europe sociale » ou « alibi euro- péen » indispensable, à l’ère impérialiste, à la maximisation du profit monopoliste et à la guerre aux salaires ? Le présent ouvrage décrit, sources à l’appui, la stratégie, depuis le début du xxe siècle, d’effacement du grand capital français devant ses deux grands alliés-rivaux hégémoniques, l’Allemagne et les États- Unis, si précieux boucliers sociopolitiques. Annie LACROIX-RIZ

ISBN : 978-2-915854-63-3

193 pages 15€

15.00 Ajouter au panier
Avec Clouscard
L’œuvre indispensable de Michel Clouscard, dont l’audience ne cesse de croître sur les ruines de la postmodernité, s’enrichit d’un précieux contrepoint pour la première fois, voici l’homme raconté dans le quotidien singulier de son existence, au fil d’un récit qui s’émancipe des codes conventionnels de la biographie. Celui-ci ne se réduit pas à l’empilement d’anecdotes censées donner de la chair et du sang au « morne empire du concept ». Il nous fait accéder à la parole d’un philosophe ensituation, qui, à l’instar de Rousseau, le seul antécédent en lequel Clouscard se soit reconnu, suspend sa vie au vrai, et retrouve, au plus intime de la psyché, les pulsations multimillénaires de la praxis collective. Michel Clouscard, ses thèses, son personnage, furent brocardés et marginalisés par les milieux intellectuels dominants, dont François de Negroni croque un portrait féroce. Ses façons de vivre ou de penser s’opposaient trop radicalement aux injonctions permissives de l’époque et aux idéologues célébrés du désir. Nul n’aura mené une critique plus sévère du libéralisme libertaire. Cependant, à maints détails savoureux, tout au long du livre, on s’aperçoit qu’avec Clouscard, le droit au bonheur, pour autant qu’il ne soit pas imposé en devoir, demeure la détermination révolutionnaire décisive. François DE NEGRONI Préface de René CAUMER

ISBN : 978-2-91854-50-3

264 pages 18€

18.00 Ajouter au panier
Bacchus en Gaule
Qu’il s’agisse d’un grand cru bourguignon ou d’un coup de rouge anonyme : boire du vin est un plaisir. Mais il est encore plus agréable de le faire si vous connaissez un peu l’histoire de cette boisson des dieux, qui est esquissée dans ce livre richement illustré. L’épopée commence dans le Caucase, où la viniculture a été « inventée » il y a dix mille ans. Via les Grecs et les Romains, la viticulture a atteint la Gaule, la « terre promise » de Bacchus. Le dieu du vin y a connu des moments forts, comme au Moyen Âge où il n’y avait pas de concurrence du café ou des boissons gazeuses et où l’on plantait même des vignes à l’extrême nord du royaume de France, le comté de Flandre. Mais il y a eu aussi des moments creux, comme la crise désastreuse vers 1900, causée par le phylloxéra venu d’Amérique. Et il y a eu des épisodes ambivalents, comme au début de la période moderne, où Bacchus a perdu du terrain d’un côté, mais de l’autre a donné à la France de nouvelles sortes de nectar, comme le champagne. Un livre à « déguster ».
Jacques Pauwels est né en 1946 à Gand et est un historien, politologue et essayiste belgo-canadien. Parmi ses ouvrages, Le Mythe de la bonne guerre, Big Business avec Hitler. Les éditions Delga ont déjà publié 1914-1918. La grande guerre de classe et Le Paris des sans-culottes. Cet ouvrage sur l’histoire du vin français est le fruit d’un enseignement de cinq ans donné à l’université de Guelph en Ontario — et de nombreuses explorations dans les régions viticoles de France !

ISBN 978-2-37607-238-6

306 pages

27.00 Ajouter au panier
Baruch de Spinoza. Quatre conférences
De toutes les conférences consacrées à l’histoire de la philosophie moderne qu’Ernst Bloch a prononcées, celles en hommage à Spinoza en 1954-1955, publiées ici pour la première fois en français, sont sans nul doute les plus impressionnantes. Dans ces cours magnifiques qui ont fasciné ses auditeurs, Bloch esquisse le portrait d’un grand penseur « hérétique » du xvie siècle, précurseur des Lumières, et grand rationaliste. Le système philosophique spinoziste est le tout premier système du panthéisme, « l’édifice le plus magnifique que connaît l’histoire de la philosophie aux côtés de ceux d’Aristote et de Hegel ». Mais Bloch souligne également le caractère révolutionnaire de la pensée spinoziste, s’exprimant surtout dans son exigence de libérer la lecture de la Bible des dogmes théologiques et dans sa manière courageuse d’insister sur l’émancipation de la science de la religion et de la politique. Traduit de l’allemand, annoté et préfacé par Arno Münster.   ERNST BLOCH (1885-1977) est incontestablement le grand penseur néo-marxiste allemand du xxe siècle dont le nom est inscrit dans l’histoire de la philosophie moderne et contemporaine comme celui d’un rénovateur de la pensée critique et du marxisme, notamment avec sa grande trilogie Le Principe espérance. Ses cours d’histoire de la philosophie, dont le présent cours sur Spinoza, ont été prononcés à Leipzig, de 1949 à 1957.

 ISBN 978-2-37607-220-1 

141 pages

17.00 Ajouter au panier
Bataille pour le passée de la Chine
Mao et ses politiques ont longtemps été diabolisés en Occident, la Révolution culturelle étant considérée comme une violation fondamentale des droits de l’homme. Ce livre s’attaque à la description extrêmement négative de la Chine sous Mao dans les publications récentes et soutient que la plupart des gens en Chine, y compris les pauvres des zones rurales et la classe ouvrière urbaine, ont en réalité bénéficié de la politique maoïste d’un système de protection sociale complet pour les zones urbaines et d’un système de santé et d’éducation de base pour les zones rurales, lequel processus est en train de s’inverser dans la ruée actuelle vers le capitalisme.Par une analyse critique du récit général de l’ère Mao et de la Révolution culturelle et en révélant ce qui est proposé dans les débats non officiels sur les médias électroniques, ce livre remet les pendules à l’heure, en présentant un argument convaincant en faveur des effets positifs des politiques de Mao sur le bien-être du peuple chinois.

« Un puissant mélange de passion politique et de recherche originale, une polémique courageuse contre la vision à la mode de la Chine... Et qui porte un coup de grâce au récent livre de Jung Chang sur Mao, tant vanté par Bush et les conservateurs. »

Gregor Benton, professeur d’histoire chinoise, Université de Cardiff

« Ce livre important ouvre une fenêtre très nécessaire sur les perceptions chinoises de l’orientation du pays après Mao... Il met en évidence le renouvellement du soutien populaire au socialisme et l’opposition croissante aux politiques d’État contemporaines. »

Martin Hart-LandsBerg, professeur d’économie, Lewis & Clark College, Portland, Oregon

  Mobo Gao, né en 1952 dans le village de Gao dans le Jiangxi, il est un professeur de chinois et de civilisation chinoise à l’université d’Adélaïde en Australie, où il dirige depuis 2008 l’institut Confucius.

ISBN : 9782376071518

384 pages

24.00 Ajouter au panier
Bernard-Henri Lévy ou la règle du Je

Les prestations de Bernard-Henri Lévy se caractérisent par une double imposture : philosophique et journalistique. Ce n’est pas le personnage « glamour », philosophe mondain ou journaliste « romantique », qui nous intéresse ici, mais le système qu’il a mis au point et qu’il a trouvé à vendre : il s’agit de démonter les bouffonneries qu’il fait passer pour de la philosophie et du journalisme, avec l’aide des médias et de la grande édition qui sont les chiens de garde de l’idéologie la plus réactionnaire. Le personnage aspire au statut d’intellectuel total et prétend maintenant s’ériger en maître à penser de « la vraie gauche ». Un philosophe et un journaliste lui répondent pied à pied, dénudant le système Bernard-Henri Lévy serviteur de l’empire américain et du libéralisme mondialisé, ego médiatique vide et surdimensionné. Ce livre s’adresse aux professeurs de philosophie, aux journalistes et aux citoyens qui luttent pour un espace public critique de la pensée, de l’information et de la formation de l’opinion.

Nouvelle édition complétée et mise à jour par les auteurs

Bruno jeanmart est professeur de philosophie et psychanalyste.

Richard labévière est un journaliste et écrivain français. Ancien rédacteur en chef à Radio France Internationale (RFI), il est depuis 2014 rédacteur en chef de l’hebdomadaire numérique - prochetmoyen-orient.ch/ Observatoire Géostratégique

 

ISBN : 9782376071785

148 pages

15.00 Ajouter au panier
Big Business avec Hitler
Hitler n’aurait jamais pu accéder au pouvoir sans le sou- tien des élites allemandes de son temps, et surtout des grands banquiers et industriels. Ceux-ci entendaient au-delà de leurs desseins antisoviétiques prééminents, en retirer aussi tous les bénéfices financiers immédiats : Hitler comblera leurs attentes. De grandes banques et entreprises américaines, elles aussi, ont pu engranger de gros bénéfices, notamment grâce à une large gamme de produits militaires (Ford, General Motors), de carburants (Standard Oil, Texaco, Davis), de caoutchouc (Standard Oil) et d’autres matières premières et services fournis à l’Allemagne nazie pendant la guerre et sans lesquels cette dernière n’aurait pu se poursuivre longtemps. Le capital américain a eu lui également recours à la main-d’œuvre esclave (prisonniers de guerre, déportés de pays occupés, voire détenus de camps de concentration) tout comme le capital allemand. Les bénéfices augmentèrent de ce fait au-delà de toute espérance. Les vies humaines n’entraient évidemment pas dans le calcul des profits et des pertes: il s’agissait de dommages collatéraux dans le cadre de cette moisson des profits sordides. En outre, à l’issue des douze années de la dictature nazie dont ils avaient pourtant été les parrains, banquiers et industriels rejetteraient tous les crimes sur le dos d’Hitler et plaideraient pieusement « non coupables ». Jacques Pauwels est né à Gand en 1946, il réside au Canada depuis 1969. Il a enseigné dans différents universités ontariennes, notamment aux universités de Toronto, de Waterloo et de Guelph. Outre La Grande Guerre des classes, on lui doit également Le Paris des sans-culottes, Bacchus en Gaule, Le Mythe de la bonne guerre ou encore Les Mythes de l’histoire moderne.

ISBN 978-2-37607-259-1

336 pages

25.00 Ajouter au panier
Carnets de Prison

Ces notes furent rédigées en 1992 par Erich Honecker, principal dirigeant de la RDA de 1971 à 1989, dans la prison de Moabit, à Berlin – celle-là même où les nazis l’avaient enfermé dans sa jeunesse – après que les autorités revanchistes de l’Allemagne fédérale eurent lancé toute une série de procès politiques afin de délégitimer par la calomnie le premier État socialiste édifié dans la patrie de Marx et Engels.

Malgré le caractère sordide de cet emprisonnement et le poids de la maladie qui allait l’emporter, ces notes sont tout sauf pessimistes. Honecker voyait bien que le capitalisme s’était « empêtré dans un noeud de contradictions qui exigent une solution ». Se moquant de la croyance selon laquelle « le marché va tout régler », Honecker partait du principe que de nouvelles forces sociales apparaîtront inévitablement et construiront de nouveaux rapports sociaux.

Et il parvenait à la conclusion dont les marxistes sont convaincus depuis toujours :

« Soit l’humanité sera précipitée dans l’abîme par le capitalisme, soit elle vaincra le capitalisme. Cette dernière solution est la plus vraisemblable et la plus réaliste, car les peuples veulent vivre. Malgré toutes les difficultés et les dangers, malgré la sinistre situation actuelle, je suis et demeure confiant. L’avenir appartient au socialisme. »

  Erich HONECKER Prix public 12 euros

ISBN 978-2-37607-163-1

92 pages

12.00 Ajouter au panier
Ce soir (1937-1939)

Ce Soir 1937-1939

Aragon : articles de 1937 à 1938

Elsa Triolet : chroniques de 1938 à 1939

Jean-Richard Bloch : articles de 1937 à 1939

Le rexisme

La Suisse en danger

Francis Jourdain : articles de 1938 à 1939

Jean Wiéner : articles de 1937 à 1938

Anna Seghers : Le Juge intègre (nouvelle)

Geneviève Chovrelat-Péchoux : Mémoire, histoire, écriture. Ben Barka ou « la profanation de l’homme » par Aragon

ISBN : 978-2-37607-208-9

367 pages

20.00 Ajouter au panier
CGT : pour que les choses soient dites !
LE MONDE DU TRAVAIL fait face à un déficit de luttes, d’ambitions et d’organisation. Cela pèse sur l’état d’esprit général des travailleurs et sur le rapport des forces en France, en Europe et dans le monde. Après plus de vingt ans de reculs, une torpeur s’est abattue sur la principale organisation syndicale française. Où en est la CGT, ce syndicat de luttes que nous aimons, au premier rang du combat des cheminots, des électriciens, des Carrefour, d’Air France et des personnels de santé ? Comment fédérer les actions en cours pour mettre en échec Macron, les patrons, Bruxelles ? Le syndicalisme rassemblé est-il toujours d’actualité ? Dans les rangs de la CGT, de nombreuses questions se posent sur ses orientations comme sur ses affiliations internationales à des organisations conciliatrices et réformistes comme la CES en Europe, ou la CSI internationalement. Or cette nouvelle période des luttes de classes impose de débattre, partager et agir sans ostracisme avec ceux qui ont les mêmes objectifs et valeurs, comme par exemple avec la FSM. Le 52e congrès confédéral de la CGT en 2019 à Dijon doit contribuer à ce bilan, cette mise à jour et ce droit d’inventaire. La CGT doit, comme elle l’a toujours fait, prendre parti pour demeurer la grande organisation de classe, de masse, démocratique et indépendante dont les travailleurs ont plus que jamais besoin. Jean-Pierre PAGE

ISBN 978-2-37607-142-6

165 pages

15.00 Ajouter au panier
Cgt-cgtu (1934-1935)

La scission intervenue dans la CGT en 1921-1922 s’est prolongée jusqu’en mars 1936. Les années de division ont installé des fractures profondes qui ne seront réduites que dans le contexte de la formation d’un front antifasciste.

À l’automne 1934 des contacts entre la CGT et la CGTU sont établis et ouvrent une longue période de discussions au bout de laquelle les conditions politiques de la reconstitution de l’unité vont se concrétiser.

C’est ce débat que l’ouvrage présente en publiant les sténogrammes des sept rencontres qui précédèrent la réunification. Après une introduction consacrée aux débats sur l’unité dans la période de division, chaque sténogramme fait l’objet d’une présentation. La question des fractions politiques dans les syndicats est également abordée ainsi que les principales décisions prises à Toulouse en mars 1936 lors de la reconstitution de l’unité syndicale.

Ainsi se trouvent réunis les matériaux essentiels d’un événement majeur de l’histoire syndicale nationale.

André NARRITSENS Prix public 25 euros

ISBN 978-2-37607-164-8

378 pages

25.00 Ajouter au panier