Bacchus en Gaule
Qu’il s’agisse d’un grand cru bourguignon ou d’un coup de rouge anonyme : boire du vin est un plaisir. Mais il est encore plus agréable de le faire si vous connaissez un peu l’histoire de cette boisson des dieux, qui est esquissée dans ce livre richement illustré. L’épopée commence dans le Caucase, où la viniculture a été « inventée » il y a dix mille ans. Via les Grecs et les Romains, la viticulture a atteint la Gaule, la « terre promise » de Bacchus. Le dieu du vin y a connu des moments forts, comme au Moyen Âge où il n’y avait pas de concurrence du café ou des boissons gazeuses et où l’on plantait même des vignes à l’extrême nord du royaume de France, le comté de Flandre. Mais il y a eu aussi des moments creux, comme la crise désastreuse vers 1900, causée par le phylloxéra venu d’Amérique. Et il y a eu des épisodes ambivalents, comme au début de la période moderne, où Bacchus a perdu du terrain d’un côté, mais de l’autre a donné à la France de nouvelles sortes de nectar, comme le champagne. Un livre à « déguster ».
Jacques Pauwels est né en 1946 à Gand et est un historien, politologue et essayiste belgo-canadien. Parmi ses ouvrages, Le Mythe de la bonne guerre, Big Business avec Hitler. Les éditions Delga ont déjà publié 1914-1918. La grande guerre de classe et Le Paris des sans-culottes. Cet ouvrage sur l’histoire du vin français est le fruit d’un enseignement de cinq ans donné à l’université de Guelph en Ontario — et de nombreuses explorations dans les régions viticoles de France !

ISBN 978-2-37607-238-6

306 pages

27.00 Ajouter au panier
La Constitution de Staline
Lors de son adoption en décembre 1936, les dirigeants soviétiques ont salué la nouvelle Constitution, dite « de Staline », comme la plus démocratique du monde. Les chercheurs se sont long- temps moqués de cette affirmation, notant que la répression de masse de 1937-1938 qui suivit en a fait un document creux. Cette étude n’aborde pas ces affirmations contradictoires, mais se concentre plutôt sur les six mois que dura le débat populaire sur le projet de Constitution avant son adoption officielle en décembre 1936. S’appuyant sur de riches sources d’archives, ce livre utilise la discussion du projet de Constitution de 1936 pour examiner le dialogue entre les dirigeants de l’État central et les citoyens sur le nouveau contrat social soviétique délimitant les rôles qu’ils devaient respective- ment jouer dans le développement du socialisme.
Samantha Lomb est professeur assistant au département des langues étrangères de l’université d’État de Viatka, à Kirov, en Russie, où elle enseigne depuis 2012. Elle a obtenu son doctorat en his- toire à l’université de Pittsburgh en 2014. Outre ce présent livre, elle a déjà publié en 2016, « Personal and Political : A Microhistory of the «Red Column» Collective Farm, 1935-36 », dans The Carl Beck Papers in Russian and East European Studies.

ISBN 978-2-37607-235-5

255 pages

24.00 Ajouter au panier
La destruction de la raison. Schelling, Schopenhauer, Kierkegaard
Que l’histoire de la philosophie, de la Révolution française à la barbarie nazie, nous soit intelligible, voilà bien le propos de La Destruction de la raison écrit par Georges Lukács en 1954 et dont nous publions ici les chapitres concernant la première moitié du XIXe siècle. Le développement des forces productives et le bouleversement des rapports de production pendant cette période, s’accompagneront de grandes avancées scientifiques porteuses d’une évolution déterminante en philosophie. Face à cette nouvelle donne, l’aristocratie de la Restauration puis surtout la bourgeoisie victorieuse, adapteront leur arsenal intellectuel en fonction de l’expression des antagonismes de classe. Aux côtés d’une apologétique directe du capitalisme – insurpassable apogée du développement humain, aujourd’hui nous dirions « la mondialisation heureuse » – Georges Lukács met en lumière une apologétique indirecte du capitalisme : séries de dispositifs philosophiques mis en place (peu importe si ces philosophes en furent ou non complètement conscients) pour faire pièce à la pensée progressiste, à la philosophie dialectique, à travers la négation de l’histoire et du progrès, de la société, de l’objectivité de la réalité, de la causalité, de la raison (tout en concédant a contrario quand même à l’entendement autant qu’il était nécessaire à la technologie au service de la production capitaliste). Ces négations, visant à rendre vaine philosophiquement toute idée de progrès social, seront juxtaposées àdes philosophèmes allant du mysticisme pur à l’ « athéisme religieux », pour au final célébrer l’individu privé de la bourgeoisie triomphante comme un donné anthropologique absolu. Georges LUKACS

ISBN : 978-2-915854-21-3

266 pages 20€

20.30 Ajouter au panier