Les grandes révolutions font l’histoire ; les résistances conservatrices et les contre-révolutions ne font qu’en retarder le cours. La Révolution française a inventé la politique et la démocratie modernes, la Révolution russe a ouvert la voie à la transition socialiste, la Révolution chinoise a associé l’émancipation des peuples opprimés par l’impérialisme à leur engagement sur la voie du socialisme.
Ces révolutions sont grandes précisément parce qu’elles sont porteuses de projets fort en avance sur les exigences immédiates de leur temps. Et c’est pourquoi elles se heurtent dans leur progression aux résistances du présent à l’origine des reculs, des « thermidors » et des restaurations. Les ambitions des grandes révolutions, exprimées dans les formules de la Révolution française (liberté, égalité, fraternité), de la révolution d’Octobre (prolétaires de tous les pays unissez-vous), du maoïsme (prolétaires de tous les pays, peuples opprimés, unissez-vous) ne trouvent pas leur traduction dans la réalité immédiate. Mais elles demeurent les phares qui éclairent les combats toujours inachevés des peuples pour leur réalisation. Il est donc impossible de comprendre le monde contemporain en faisant abstraction des grandes révolutions.

Prix public 10 euros
ISBN 978-2-37607-121-1

Laissez un commentaire