« Cet ouvrage invite les tenants du “capitalisme démocratique” à écouter des idées iconoclastes, à remettre en question la mythologie de l’économie de marché et de l’anticommunisme de droite comme de gauche, et à réexaminer, avec un esprit réceptif mais critique, les efforts historiques réalisés par ces rouges et autres révolutionnaires tant décriés.

L’orthodoxie politique diabolisant le communisme imprègne l’ensemble de la perspective politique. Même les gens de gauche ont intériorisé l’idéologie libérale-conservatrice qui met sur un même plan fascisme et communisme, les deux mouvements de masse du xxe siècle considérés comme deux frères jumeaux totalitaires. Ce livre cherche à mettre en évidence l’abîme qui sépare le fascisme et le communisme, à la fois hier et aujourd’hui, dans la théorie comme dans la pratique, en particulier pour les questions d’égalité sociale, d’accumulation de capital privé, et d’intérêt de classe.

La mythologie orthodoxe voudrait aussi nous faire croire que les démocraties occidentales – les États-Unis en tête – se sont opposées aux deux systèmes totalitaires avec la même vigueur. En réalité, les dirigeants nord-américains ont consacré tous leurs efforts à construire un monde stable dans les intérêts privés des investissements mondiaux des grandes entreprises et d’un système basé sur le profit. En poursuivant cet objectif, ils ont eu recours au fascisme pour sauver le capitalisme, tout en prétendant préserver la démocratie du péril communiste.

Ce livre analyse la façon dont le capitalisme répand le fascisme et en profite, l’importance des révolutions dans le progrès de la condition humaine, les causes et les effets de la destruction du communisme, la pertinence intacte du marxisme et de l’analyse de classe, et la nature impitoyable du pouvoir du capital. » Michael Parenti

En savoir plus sur l’auteur

Le mythe des jumeaux totalitaires

MICHAEL PARENTI

195 pages

18 euros

Référence : 978-2-915854-60-2

One Response

  1. Voilà une excellente analyse que je ne peux qu’approuver, tout simplement parce qu’elle est vraie, juste, objective, intellectuellement honnête.
    L’Eglise, telle que nous la connaissons, a pris le relais de l’Empire Romain en pérennisant ses structures et son caractère fondamentalement théocratique.
    De même, le néo-conservatisme associé à l’idéologie ultra ou néo libérale ont pris le relais du nazisme. L’idéologie ultra libérale est un authentique fascisme. Les USA sont à la pointe de ce fascisme: ils ont sauvé Hitler et son projet qu’ils veulent aujourd’hui imposer au monde entier à travers leur objectif appelé le PNAC pour le Nouvel Ordre Mondial…

Laissez un commentaire