Jacques R. Pauwels

Né à Gand en 1946, il réside au Canada depuis 1969. Il a enseigné dans différentes universités ontariennes, notamment aux universités de Toronto, de Waterloo et de Guelph. Outre La Grande Guerre des classes (première édition, Aden, 2014, deuxième édition mise à jour Delga 2016), on lui doit également Le Mythe de la bonne guerre (Aden, 2005) et Big Business avec Hitler (Aden, 2013)

voir son site

  1. verdin alain

    Je viens de terminer la lecture de « Le mythe de la bonne guerre » et je tiens à vous dire que j’ai apprécié cet ouvrage au même titre que j’ ai aimé « la grande guerre des classes » lu précédemment. Jacques Pauwels donne un éclairage nouveau à ce que la bien-pensance ambiante nous enjoint de croire , il tord le cou aux idées que l’ école et les médias nous ont inculquées dès notre plus jeune âge. Les Américains (ainsi que les Britanniques) ne sont pas venus en Europe par pur altruisme , je veux bien entendu parler de l’ élite ,le petit peuple lui ayant été sacrifié sur notre sol au nom d’une pseudo-démocratie.
    La seule réserve que j’ émets concerne le regard indulgent que Pauwels porte sur Staline , l’ auteur semble ignorer que le « petit père des peuples » était un tyran de la pire espèce , le bolchevisme n’ ayant rien à envier au nazisme , Staline et Hitler était de la même veine , celle des dictateurs aveuglés par le pouvoir et figurant parmi les plus grands criminels de l’ histoire de l’humanité , Truman (Hiroshima , Nagasaki) et Churchill (Mers El Kébir , Dresde) n’étant pas mal non plus..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *