Marxisme et Universalisme
Faut-il continuer d’opposer, comme y invite l’opinion dominante, l’universalisme des « droits de l’homme » au particularisme des classes sociales, des nations ou des « civilisations » ? À l’inverse, « la » nation et l’« humanité », et en conséquence, le patriotisme et l’humanisme, ne sont-ils pas secrètement divisés par des fractures de classes bien réelles dont doit tenir compte toute stratégie progressiste ? Quant à la lutte des classes, dans laquelle les dominants ont provisoirement conquis l’initiative historique, n’est-elle pas le levier paradoxal par lequel le genre humain peut réellement s’unifier au lieu de s’abandonner au faux universalisme de la « construction européenne » et du « transatlantique », ce particularisme du riche qui voudrait imposer au monde une seule pensée et une seule langue ? C’est à quoi ce livre invite à réfléchir à travers une série d’articles sur la lutte des classes, la nation, l’exterminisme capitaliste, mais aussi sur le devenir de la France et de la langue française. Référence : 978-2-915854-77-0
Lire la suite
Négritude et négrologues
1972 : démystifiant les approches fantasmatiques de l’Afrique, Négritude et Négrologues dénonce la pensée unique des chantres de l’« authenticité » et de l’« âme noire ». Ces thuriféraires de la négritude, en particulier Léopold Sédar Senghor, ont pu se prévaloir des effets émancipateurs du thème, à l’heure des Indépendances ; pour mieux asseoir leur pouvoir personnel, au plus grand profit des anciennes puissances coloniales. Si l’on considère aujourd’hui les convulsions opérées au nom de ce discours — l’écroulement du mobutisme, par exemple —, on mesure l’éton- nante actualité d’un texte aussi décapant que prémonitoire. Un quart de siècle avant que soit banalisé le concept de « mondialisation », Stanislas Adotevi démonte les mécanismes idéologiques qui ont conduit à la margi- nalisation de l’Afrique dans l’économie du Développement. préface de Dominique Pagani Ancien professeur de philosophie. Musicologue, il a dirigé le Centre de formation et de promotion musicale de Niamey. Référence 978-2-37607-116-7 nbre de pages : 216
18.00 Ajouter au panier
Néo-fascisme et idéologie du désir
Pour Michel Clouscard, l’ensemble capitaliste se découpe séquentiellement en libéralisme classique, national-socialisme et néo-libéralisme. Chaque métamorphose correspond à une exigence pour sauver le capitalisme des crises et donc du communisme. Après le plan Marshall et Mai 1968, les idéologues des secteurs pilotes comme l’audiovisuel, la mode, les loisirs, vont promouvoir avec succès la consommation d’émancipation transgressive comme prétendu combat d’avant-garde contre le néo-capitalisme. Ce qui assurera de formidables nouveaux profits et la neutralisation de la lutte des classes. L’Anti-Œdipe de Deleuze/Guattari paru en 1972 en exprimera l’exaltation maximale. Michel Clouscard montre ici que la polémique avec ce dernier maillon des générations bourgeoises est la clé qui permet de révéler l’anthropologie bourgeoise totale. Il montre que l’idéologie transgressive, qui a pour fonction d’habiliter la consommation parasitaire et de prôner un activisme anti-étatique, est une transition vers une anthropologie néo-fasciste : l’opposition y est réduite à un spontanéisme groupusculaire et permet la destruction des institutions étatiques et la domination des trusts sur des masses schizophrénisées. Michel Clouscard démontre que toute l’anthropologie bourgeoise ne s’avère qu’une psychose – forclusion de la production, du producteur, du rapport immédiat au monde – et en dernière instance un sadisme – annexion acritique brutale de l’autre, des produits, du monde. Les « machines désirantes » autistiques fusionnent alors en une machine de mort. La terreur néo-fasciste commence. On peut mesurer aujourd’hui toute l’actualité de cette critique : FMI, UE, banques contre la Grèce, l’Irlande, le Portugal ; les opérations de l’OTAN en Yougoslavie, Afghanistan, Irak, Côte d’Ivoire, Libye, Syrie, etc. Référence : 978-2-915854-53-4
15.00 Ajouter au panier
Nietzsche et ses frères
Wolfgang Harich (1923-1995) fut l’un des philosophes les plus célèbres et les plus controversés de la République démocratique allemande. Marxiste connu pour son indépendance d’esprit et son franc-parler, il n’hésite pas à entrer en lice, lorsque, quelques années avant la chute du Mur de Berlin, commence à se développer dans le camp socialiste une étrange tendance à réhabiliter Nietzsche (cet engouement surprenant a son pendant en France dans le « nietzschéisme de gauche » de Deleuze à Michel Onfray). Continuant et affinant les thèses de Georg Lukács, Harich voit en Nietzsche le « destructeur de la raison » par excellence, le précurseur intellectuel du fascisme. La perméabilité du mouvement démocratique et progressiste des travailleurs à l’idéologie nietzschéenne qui lui a pourtant juré une haine mortelle, lui semble une erreur fatale. Le fait même de concéder à Nietzsche, en vertu de l’usage académique, des qualités de poète ou de styliste est un automatisme paresseux. Pour Harich, cela ne prouve que l’ignorance du reste de la littérature allemande, dont il avait lui-même une connaissance érudite. C’est cette mise en perspective pluridisciplinaire qui fait également de cet ouvrage un compendium de culture allemande. Référence : 978-2-915854-18-3
12.20 Ajouter au panier
Nietzsche philosophe réactionnaire
« Nouvel esclavage », « anéantissement des races décadentes », « anéantissement de millions de ratés » : ces mots d’ordre effrayants, formulés de manière séduisante sous la plume de Nietzsche, ont longtemps été interprétés comme autant de métaphores. La reconstruction historique de Domenico Losurdo montre au contraire qu’il s’agit de la radicalisation de tendances bien présentes dans l’Occident de la seconde moitié du XIXe siècle : aboli aux États-Unis en 1865, l’esclavage prend des formes nouvelles dans les colonies ; les indiens d’Amérique et les « indigènes » sont décimés ou exterminés ; l’eugénisme se répand et l’on exige la stérilisation forcée des « non aptes ». À partir de la Commune de Paris, Nietzsche prône des mesures énergiques contre les « esclaves » rebelles et appelle à en finir avec non seulement le socialisme, mais aussi la démocratie et l’idée même de progrès, à laquelle il oppose le mythe de l’ « éternel retour » : les esclaves doivent se résigner, leur condition doit rester intangible. Référence : 978-2-915854-11-4
9.20 Ajouter au panier
Nietzsche, le rebelle aristocratique
Chez Nietzsche, les analyses philosophiques et littéraires fascinantes se mêlent à des thèmes répugnants comme « le nouvel esclavage », « l’anéantissement des races décadentes », « l’anéantissement de millions de ratés ». Nous sommes en présence d’un philosophe qui, en remettant en question deux millénaires d’histoire, repense et critique les plates-formes théoriques qu’il élabore lui-même au fur et à mesure. La contextualisation historique et la reconstruction de la biographie intellectuelle de Nietzsche sont donc la condition pour saisir la cohérence tourmentée ainsi que la grandeur d’un penseur qui, à partir de son « radicalisme aristocratique » et tout en caressant des projets d’une indicible violence, entonne un contre-chant sacrilège de l’histoire et des mythologies de l’Occident. Un événement intellectuel extraordinaire qui pourrait constituer pour longtemps une nouvelle unité de mesure. Losurdo a fourni une œuvre de référence et de consultation (…) En ce qui concerne Nietzsche, on pourrait dire: ex Italia lux (…) Une interprétation cohérente et brillante avec laquelle toute la recherche, actuelle et future, devra se mesurer. Hans-Martin Lohmann, Die Zeit Référence : 978-2-915854-94-7
39.00 Ajouter au panier
Ontologie de l’être social. Le travail, la reproduction
Georges Lukács établit ici que le travail n’est pas une manifestation parmi d’autres de la téléologie mais au contraire l’unique domaine dans lequel on puisse identifier, de manière résolument matérialiste, une position téléologique (de séries causales). Il est saut ontologique de la sphère organique à la sphère sociale et médiateur de l’échange matériel entre la nature et la société. Toutes les autres catégories de l’être social se déploieront en un échafaudage de productions sociales et de formes d’intersubjectivités de plus en plus complexes sur le modèle du travail. Face au « règne de la manipulation » capitaliste, le projet lukácsien d’une Éthique sera confronté à la nécessité préalable d’une Ontologie de l’être social. Dans le présent volume, Georges Lukács (à la suite de Marx), établit que le travail n’est pas une manifestation parmi d’autres de la téléologie mais au contraire l’unique domaine dans lequel on puisse identifier, de manière résolument matérialiste, une position téléologique (de séries causales). Il est saut ontologique de la sphère organique à la sphère sociale et médiateur de l’échange matériel entre la nature et la société. Toutes les autres catégories de l’être social se déploieront en un échafaudage de productions sociales et de formes d’intersubjectivités de plus en plus complexes (langages, pensée conceptuelle, religions, institutions politiques, juridiques, arts, etc.) sur le modèle du travail, constituant ainsi l’être en-soi du genre humain. Lukács montre qu’en parallèle de cette évolution de l’être en-soi du genre humain, ancré dans sa particularité abstraite, s’instaurera de plus en plus une tension dialectique de ce dernier avec un être pour-soi de la généricité humaine, tourné, lui, vers l’universel et qui, à travers nombre d’avancées et de reculs, conduira tendanciellement à une humanité de plus en plus unitaire et maîtresse d’elle-même et de ses déterminations. Référence : 978-2-915854-26-8
24.40 Ajouter au panier
Ontologie de l’être social. L’idéologie, l’aliénation
Ce volume clôt la traduction française de la seconde partie de l’Ontologie de l’être social. Cet ambitieux projet, qui fait figure d’un bloc erratique dans le paysage de la philosophie contemporaine, élabore une sorte de « critique de la raison historique », de grammaire spéculative de la vie sociale. Les analyses consacrées au concept de travail, au concept d’idéologie, à son assujettissement et à son émancipation, à la spécificité du genre humain en-soi et à la spécificité du genre humain pour-soi, prennent un relief saisissant dans le contexte de la crise actuelle. Avec la publication des deux chapitres sur l’idéologie et sur l’aliénation se clôt la traduction française de la seconde partie de l’Ontologie de l’être social, consacrée aux grands concepts fondateurs (ou selon l’expression de l’auteur aux « problématiques les plus importantes »). Le volume antérieur incluait les chapitres sur le travail et la reproduction. La partie historique de l’Ontologie, où on trouve les chapitres sur le néopositivisme et l’existentialisme, sur Nicolai Hartmann, Hegel et Marx, va fournir la matière du volume suivant. L’ambitieux projet d’élaborer une sorte de « critique de la raison historique », de grammaire spéculative de la vie sociale, a pris corps dans le volumineux manuscrit de l’Ontologie de l’être social. L’ouvrage fait figure d’un bloc erratique dans le paysage de la philosophie contemporaine. Il est pourtant certain que les analyses consacrées au concept de travail, à la société comme un « complexe de complexes », au concept d’idéologie, à l’authenticité et l’inauthenticité de l’existence humaine, à son assujettissement et à son émancipation, à la spécificité du genre humain en-soi et à la spécificité du genre humain pour-soi, prennent un relief saisissant dans le contexte de la crise actuelle. Référence : 978-2-915854-34-3
26.00 Ajouter au panier
Pagani sans détours
Dominique Pagani, philosophe et musicologue, a consacré sa vie à faire entrer des milliers d’étudiants en philosophie. Pour la première fois, un recueil de ses cours — dispensés initialement et principalement à l’oral —, a été établi avec rigueur par Alexis Manago. Instrument unique en son genre, fruit d’une expérience pédagogique éprouvée qui prolonge la démarche progressiste et humaniste de l’université populaire de Georges Politzer, ce manuel emmène le lecteur, étape après étape, dans l’histoire de la pensée et l’étude de ses enjeux contemporains. Dominique pagani né en 1945, est philosophe et musicologue. Les éditions Delga ont déjà publié son ouvrage Féminité et communauté chez Hegel. Le rapport de l’esthétique au politique dans le système, et préparent avec lui un opus consacré à l’histoire de la musique.
17.00 Ajouter au panier
Philologie et liberté
Dans son nouveau livre, Luciano Canfora établit explicitement le lien entre l’analyse rigoureuse des textes – la philologie – et l’indépendance et la fierté intellectuelle, cette liberté de pensée qui est la grande réalisation de l’époque moderne. En septembre 1943, Pie XII publie une encyclique, Divino afflante spiritu, pour proclamer que la critique des textes dits « sacrés » est une pratique légitime. Cette concession tardive a permis de « dédouaner » la plus subversive des disciplines, la philologie, et a autorisé les chercheurs à soumettre la « parole de Dieu » à une analyse critique. Mais le chemin vers ce document papal historique fut laborieux, dégoulinant de censure et de répression de la liberté de pensée. À travers l’histoire fascinante des disciplines philologiques, des premiers spécialistes de l’Écriture Sainte qui ont osé soumettre des textes intouchables à Érasme de Rotterdam, Spinoza et Giordano Bruno, des obscurs copistes médiévaux qui ont sauvé les grands écrits de l’Antiquité aux philologues de l’époque moderne qui ont rétabli la vérité historique de l’écriture et de la tradition contre les mystifications idéologiques ou religieuses, Luciano Canfora montre comment la philologie est une pratique de la liberté intellectuelle, de l’indépendance de la recherche et du droit des hommes à la vérité contre tout obscurantisme.

Luciano Canfora

Né à Bari en 1942, Luciano Canfora est un philologue classique, historien et l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de l’Antiquité.Déjà paru aux éditions Delga : Vie de Lucrèce. Voir bibliographie de ses autres livres édités en français en page 143 du présent ouvrage.

 
15.00 Ajouter au panier
Philosophie de la Praxis
« La catégorie de praxis devient dans le marxisme la catégorie centrale. À la lumière de celle-ci, il faut aborder les problèmes de la connaissance, de l’histoire, de la société et de l’être lui-même. » Fort de ce primat, l’ambition affichée dans ce livre par Adolfo Sánchez Vázquez, sans doute le plus grand penseur marxiste latino-américain, est d’avoir « essayé d’élever la conscience philosophique de l’activité pratique matérielle [praxis] de l’homme ». Parmi les multiples niveaux de ce livre sans équivalent, deux semblent saillir encore plus opportunément que les autres pour féconder notre présent : - la conscience ordinaire qui à travers sa praxis prend pour objet le monde pour le transformer, ne prend pas par contre spontanément la praxis pour objet, qui apparaît donc comme un angle mort de la conscience bien que cette dernière paradoxalement en émane ontologiquement (voir les Thèses sur Feuerbach de Marx). - ordinairement, bien que les praxis individuelles transformant le monde soient par définition intentionnelles, la praxis commune globale résultante de toutes ces praxis intentionnelles est, elle, non intentionnelle. L’idéologie libérale a su enrôler ces deux taches aveugles de l’homme « pré-historique » en les exhaussant au rang de dogme : l’idéologie d’une « société civile » comme résultante du télescopage entropique de praxis non réflexives sou mises à la seule main invisible du marché. Il s’agira alors pour Adolfo Sánchez Vázquez de montrer que l’accumulation exponentielle des contradictions actuelles du libéralisme débridé nous fait basculer dans une phase d’accélération du développement historique dont la résolution décisive ne pourra se produire que par un saut qualitatif, prenant à rebours le libéralisme et la conscience ordinaire sur les deux points précités et devant se traduire par le fait : - d’une authentique conscience de la praxis, qui devient objet pour la conscience. Le réel devient rationnel. - que cette prise de conscience, conjuguée à la coïncidence éprouvée des intérêts des subalternes dans la promiscuité des luttes de classes grandissantes, conduira à travers l’émergence de fins communes à une praxis commune intentionnelle (la planification de l’appropriation collective des moyens de production, le socialisme). Le rationnel devient réel.  

ADOLFO SÁNCHEZ VÁZQUEZ (1915-2011), professeur de philosophie à l’université autonome de Mexico, auteur de nombreux ouvrages. Membre du PCE, il fut un combattant actif pendant la guerre civile espagnole, puis dut émigrer au Mexique.

29.00 Ajouter au panier
Pourquoi je suis communiste
« S’il y a bien eu et s’il y a, encore aujourd’hui, un capitalisme de la séduction, il faut produire un communisme du sublime. Parce qu’il faut comprendre que tout "je" est d’abord un commun. Celui qui dit "je" est le résultat d’une langue, d’une culture, d’un héritage et des pré-jugés (littéralement) qui l’accompagnent. L’enjeu est alors de révéler à soi ce commun qui me et nous constitue, au lieu d’être dans la simple illusion d’un "je", purement subjectif et individuel. Ce "je" communiste dans une nécessité sociale et vitale, plus que dans une affinité idéologique, est réminiscence de ce qui me fait être en tant que singularité. »

Loïc Chaigneau

Né en 1993, il est professeur de philosophie, président de l’IHT, institut de formation philosophique et politique, ainsi que l’auteur de trois précédents livres : Le nouveau fascisme (2013), Faucons rouges (2016) et L’Imposture présidentielle (2017).

14.00 Ajouter au panier