Cet ouvrage répond à la question « qu’est-ce que l’anthroponomie ? », c’est-à-dire l’ensemble des aspects non-économiques de la vie humaine, dont on peut donner une définition positive à travers quatre moments : moment parental, moment travail, moment politique, moment informationnel. Paul Boccara pose la question de la « portée possible du projet anthroponomique ». Ce qui est en jeu, c’est une contribution à la création d’une civilisation nouvelle qui se cherche à travers la crise si profonde de notre société et du système-monde. Face au silence des sciences humaines, stérilisées par une excessive spécialisation, cet ouvrage entend mener une théorisation transdisciplinaire qui dépasse la simple juxtaposition de résultats fragmentaires et dispersés.

Paul Boccara
Après son ouvrage fondateur Études sur le capitalisme monopoliste d’État, sa crise et son issue (Éditions Sociales 1973), poursuit ses travaux sur les cycles longs et la crise systémique, comme sur les théories de la régulation. Il élabore alors en lien avec le mouvement syndical des recherches sur les nouveaux critères de gestion par les travailleurs dans les entreprises, au-delà même de ses propositions pour une politique économique nouvelle.
Il avance sa proposition radicale de dépassement du marché du travail et du chômage avec la nécessité d’un nouveau système d’emploi ou de formation. Il présente une analyse originale de la nouvelle phase de la crise systémique en 2008. Il renouvelle la lecture de Marx avec son ouvrage Le Capital de Marx, son apport, son dépassement, au-delà de l’économie, en 2012. Il publie ensuite chez Delga son ouvrage-somme fruit de ses recherches et de ses enseignements depuis le début des années 1970, Théories sur les crises, la suraccumulation et la dévalorisation du capital, Delga, 1er vol. 2013, 2e vol. 2015. Il développe ses recherches sur la civilisation puis aujourd’hui publie l’ouvrage tant attendu sur l’anthroponymie.

Prix public 20 euros
ISBN 978-2-37607-122-8

Laissez un commentaire